paysage-keagean-park.jpg

 Le Quatre c'est aussi la guérison par la nature et les éléments. Les quatre éléments que sont le feu, l'air, l'eau et la terre sont à mon avis les outils extérieurs les plus puissants pour la guérison.  Les éléments sont en communion et influencent toute la nature notamment les herbes médicinales, les plantes, les légumes, les fruits, les arbres et les algues. Dans la recherche des plantes qui soignent, le guérisseur amérindien est amené à communiquer directement avec les plantes pour découvrir leurs vertus. On lui enseigne comment cueillir la plante, comment la préparer, mais bien souvent les plantes à utiliser doivent être découvertes par le chamane lui-même, en entrant en communication avec elles.

 Nous avons ainsi un autre exemple d'application du cercle sacré, qui sera repris dans le 6. Les mêmes lois s'appliquent ici, notamment le respect de la plante, qui implique la compréhension de la vie et de la conscience qui l'anime. Sans cette compréhension, il n'y aurait aucune possibilité de communiquer avec elle. Nous constatons ici encore à quel point le respect est fondamental dans notre relation avec l'ensemble du monde créé, car c'est véritablement grâce à lui que nous pouvons communiquer. La communication est essentielle à toute forme de guérison, la guérison étant ici la restauration de l'intégrité pleine et entière de l'individu dans sa relation avec le tout.

 Il est possible d'utiliser le cercle de parole avec nos amis et les personnes qui ont une même dynamique de vie que nous, pour éclaircir, purifier, nettoyer, harmoniser et soigner. Il est bon, dès cette étape, de commencer à employer une plume qui parle ou un bâton qui parle afin de maintenir une vision claire de qui s'exprime et de respecter le temps de parole de chacun. Cette pratique consiste à s'asseoir en cercle et parler à tour de rôle en tenant un objet qui identifie celui qui a la parole. Lorsque le cœur s'ouvre dans un cercle de personnes qui sont respectueuses et dans l'écoute active, la guérison est toujours au rendez-vous.

 Un tel outil est également employable en milieu de travail. Les collègues de travail entrent dans la catégorie des amis sur le plan de l'énergie du cercle sacré. Avec suffisamment de pratique de cette forme de communication, une entreprise peut en venir à un mode décisionnel non hiérarchique selon lequel chacun apporte sa contribution aux politiques de l'entreprise.  Dans Invocation nous employons cette méthode avec le résultat que chacun se sent responsable et parti prenante dans le succès de l'entreprise, ce qui crée un milieu de travail extrêmement dynamique et fructueux. Le respect de chacun dans une compagnie favorise l'émergence de nouvelles idées et conduit également à l'écoute de la clientèle, ce qui distingue les compagnies qui réussissent sur le long terme de ceux qui n'ont qu'un succès passager. En effet, la clientèle change souvent de goût, d'inspiration, d'intérêt ; un produit qui est populaire aujourd'hui ne le sera pas nécessairement demain, et les entreprises qui perdent le contact avec leur clientèle ont souvent des surprises qui s'avèrent catastrophiques pour leur solvabilité. Nous voyons encore ici l'importance du respect de ses employés et de la clientèle et comment cela facilite à long terme l'expression de l'abondance et de la santé.

 Une donnée importante qui nous distingue des époques précédentes c'est la sagesse innée que nous reconnaissons en chaque individu. La main mise actuelle par les gouvernements sur nos libertés individuelles veut substituer à notre libre arbitre l'ingérence d'un système qui depuis longtemps cherche à nous contrôler afin de mieux nous exploiter.  C'était la même chose avec les religions et les diverses organisations occultes qui ont façonné dans l'ombre le monde actuel. Dans le nouveau monde nous redonnons à chaque individu sa liberté et ceci est possible par le respect qui reconnaît dans chaque Homme-Femme une sagesse innée, agissante et libre. Le quatre nous permet d'activer ce concept par la pratique des cercles de guérison. Le cercle de parole permet à chaque individu de livrer en toute confiance, par la grâce du respect qui caractérise le cercle, ses problèmes, douleurs, questions, quêtes et cheminements. Non pas pour recevoir des opinions, commentaires, conseils ou suggestions qui ne font pas partie du contexte du cercle de parole (tous et toutes parlent à tour de rôle et toujours au "je" jamais au "tu" ou "il") mais bien pour pouvoir regarder se réfléchir sur le miroir de la conscience du cercle ce qui a été exprimé. Cette vision donne du recul et met en perspective les préoccupations exprimées. Ces références permettent à la sagesse intérieure de guider celui ou celle qui s'exprime vers la libération, la réalisation et la guérison. Ainsi, par la seule grâce du cercle et de l'expression sincère de ceux qui participent, il se produit une avancée significative de la conscience qui améliore tous les aspects de la vie. C'est la sagesse innée propre à l'individu qui amène la guérison.

 C'est véritablement dans la famille élargie que nous commençons à voir l'expression pleine et entière de cette sagesse innée qui s'exprime par la grâce du cercle sacré. Et cela nous amène au 5e niveau du cercle sacré, la communauté.

 À bientôt

 Aigle Bleu

 

Nous continuons la cartographie du nouveau monde.  Voici les clefs qui vont nous permettre de sortir de ces millénaires de souffrances que nous connus depuis 12 000 ans et réintégrer le paradis terrestre. Chaque niveau du cercle sacré comporte des éléments clefs qui sont nécessaires à sa réalisation. Pour beaucoup d'entre vous je sais que c'est du nouveau et difficile à intégrer. Je ne suis que le messager. J'espère finir bientôt, mais il y a encore beaucoup de choses essentielles à décrire. La prochaine étape c'est la communauté… au milieu, position centrale entre 1 et 9 et octave supérieure à la famille.  Je pense qu'il faudra au moins 3 jours pour tout consigner l'essentiel pour ce niveau. Je veut vous remercier pour vos commentaires.  Bon, allons y... 

Il faut comprendre la communauté comme étant d'une part un territoire donné, d'autre part l'ensemble des personnes qui y vivent. La communauté est une localité précise, et l'ensemble des familles qui y résident, chacune dans son domaine familial, partageant un même espace géographique pour leur subsistance. En général, une telle localité réunit entre 100 et 300 familles, et elle garde des dimensions humaines : une personne peut marcher d'un bout à l'autre des terres communautaires en une demi-journée. La communauté comporte en son centre un lieu commun où se trouvent l'école, les aires cérémoniales et où les gens se rencontrent pour décider ensemble des choses qui les concernent tous.  Ce centre est là pour aider à mieux organiser la vie, la rendre plus simple, plus facile, plus agréable. En effet, les familles vivant dans une même communauté partagent toutes les mêmes dynamiques de subsistance. Elles vivent toutes sous les mêmes conditions climatiques, disposant sensiblement des mêmes terres, du même sol, connaissant la même diversité de flore et de faune, en conséquence elles ont les mêmes difficultés et avantages de subsistance.

Or le Cinq met en place les structures favorisant le développement harmonieux des familles membres de cette communauté. La communauté pourvoit aux besoins de ses membres sur les plans économique, éducationnel, politique, judiciaire et spirituel. Ainsi, veille-t-elle notamment à la gestion communautaire des ressources naturelles et à l'élaboration des services essentiels. Les membres de la communauté réunissent leurs ressources afin de faciliter les tâches qu'ils ont à entreprendre. Par exemple, si un nouveau couple doit bâtir sa maison, la communauté tout entière participe à la construction, de sorte que la maison sera prête en quelques jours, ce qui en d'autres temps, dans une société qui ne fonctionne pas selon un mode communautaire, requiert parfois des mois pour se concrétiser.

Le Cinq est le grand organisateur de la vie pratique, qu'il souhaite juste et équilibrée pour tous. Il symbolise les fonctions d'assimilation et de synthèse de la connaissance éternelle dans la manifestation physique. Ici nous comprenons que nous faisons tous partie d'une communauté où chacun a son rôle à jouer. La structure décisionnelle qui découle de cette compréhension est celle de la prise de décision par consensus, typique des modes d'organisation de toutes les communautés des Premières Nations et de la plupart des nations autochtones à travers le monde.

Nous avons ici le conseil communautaire, la structure politique décisionnelle qui gère ce qui concerne l'ensemble de la communauté. Il est composé de ceux qui apportent quelque chose à la communauté. En général, la plupart des adultes de la communauté participent au conseil, cependant tout le monde n'a pas systématiquement droit au chapitre. Ceux qui ne contribuent pas à la vie communautaire, ceux qui n'ont pas acquis l'autonomie, la maturité, la sagesse nécessaire pour être capable en toute connaissance de cause de prendre les bonnes décisions pour la communauté ne pourront y participer activement. C'est le conseil communautaire lui-même qui décide, le cas échéant, d'aviser une personne de l'inadéquation de son attitude afin qu'elle puisse rectifier son comportement, faute de quoi le conseil pourra d'un commun accord lui intimer de ne plus participer. Car une personne qui n'est pas directement concernée par les décisions devant être prises, ou qui n'est pas responsable, peut souvent nuire au déroulement d'une réunion, comme on l'a souvent vu dans une société occidentale qui n'est pas habituée à ce mode de décision. Lorsqu'il s'agit d'un cercle décisionnel communautaire, il est très important que les participants soient des personnes actives dans la communauté. Y participeront donc ceux qui ont démontré par leurs actions qu'ils sont en mesure de rapporter quelque chose à la communauté. C'est pourquoi dans les sociétés traditionnelles des Premières Nations, avant l'arrivée des Européens, c'étaient les chasseurs et les femmes ayant eu des enfants qui siégeaient au conseil, les uns parce qu'ils savaient ramener du gibier à la communauté, les autres parce qu'elles y apportaient ce qu'il y avait de plus précieux, à savoir les enfants.

Au sein du cercle communautaire de décision, nous retrouvons les mêmes lois, les mêmes principes de communication qui s'appliquent aux autres niveaux du cercle sacré, soient le respect réciproque des membres du cercle, l'écoute active de tous par chacun et de chacun par tous, l'acceptation et l'harmonisation. Dans le cercle communautaire, on accepte chacun tel qu'il est. Personne n'y est plus important que les autres. C'est aussi l'acceptation de la sagesse innée de chaque membre du cercle au moment des prises de décision. Et l'acceptation rejoint ici le respect. En effet, si l'on respecte tout le monde, force est de prendre les décisions en consensus.

Aigle Bleu

ab-arbre-regard-en-haut

http://www.aiglebleu.net 

LA COMMUNAUTÉ DANS LE NOUVEAU MONDE – les premiers pas 14