De l’espoir pour les chiens des sans-abris

La rue, Christophe Barlier la connaît bien. Il y a passé plusieurs années à faire la manche, avant de s’en sortir il y a 4 ans. Aujourd’hui, il vit en couple, a emménagé dans une petite maison près de Nantes. Mais ses années de sans-abris, il les a passés aux côtés de Margot, une chienne croisée qui a aujourd’hui 10 ans, et qui a été sa fidèle compagne de galère. Et s’il arrivait généralement à trouver de quoi se loger et se nourrir, pour sa chienne, c’était plus compliqué. Et il était loin d’être le seul dans ce cas-là.

Aussi, dès qu’il a pu retrouver une vie stable, Christophe n’a eu qu’une idée : aider les chiens de la rue et leurs maîtres, car pour l’avoir vécu, il sait que les accueils de jour et les associations d’aide aux SDF ne pensent pas toujours aux animaux des sans-abris. Il a donc créé en juin dernier l’association « Les Babines de l’Espoir », exclusivement dédiée à leurs besoins.

Pet in the City : Parlez-nous de votre chienne Margot, qui vous a aidé à survivre dans la rue…

Christophe Barlier : Margot, c’est une rencontre assez bizarre en fait ! Je venais de faire euthanasier mon ancien chien, qui souffrait plus qu’autre chose, et je n’en voulais plu d’autre, c’était trop de chagrin. A ma sortie de la clinique, un de mes potes SDF est arrivé avec une petite boule de poils de 2 mois dans les bras, et me l’a tendue en disant « ça va t’aider ». C’était Margot, et elle va avoir 10 ans.

Pet in the City : Vous avez réussi à vous en sortir : pourquoi avoir lancé cette association ? Qu’est-ce qui vous a donné l’idée ? 

Christophe Barlier : Quand j’étais à la rue, les accueils de jour, les Restos du cœur, n’avaient jamais ou presque de croquettes ou de nourriture pour nos chiens. Ca ne les intéressaient pas, de plus ils n’avaient pas forcément de place pour stocker, et puis ils s’orientent en priorité vers les êtres humains, et ce qu’ils font est très bien. Mais du coup, les SDF qui ont des chiens galèrent souvent pour avoir croquettes, des muselières, sont obligés de faire la manche pour 3-4 euros et n’obtiennent avec ça qu’un petit sac de croquettes de 1kg.

L’idée de les aider m’est donc venue assez naturellement, et j’ai commencé à faire des maraudes tout seul, « sans étiquette », j’ai simplement créé une page Facebook pour récolter des dons de croquettes. Très vite, cela a pris une telle ampleur qu’il a fallu que je créé un organisme légal notamment pour gérer les dons financiers.

Pet in the City : Quel est son mode d’organisation ?

Christophe Barlier : L’association fonctionne uniquement sur les dons des particuliers. Je n’achète jamais de croquettes, je les reçois, et les dons financiers servent uniquement à prendre en charge les soins vétérinaires urgents pour les animaux qui en ont besoin. Cela va de la stérilisation à l’identification, aux vaccins et aux petits bobos du quotidien. Quand j’ai trop de choses (car nous recevons beaucoup de dons!), et que je n’ai plus de place pour stocker, je donne mon surplus aux petits refuges qui n’ont pas beaucoup de moyens.

babines de l'espoir sdf maraudes nantes dons croquettes

Christophe et Margot

Pet in the City : Aidez-vous seulement des personnes sans abris ou également des personnes qui ont des difficultés financières graves et pensent aussi aux besoins de leurs animaux ? Quelles sont les personnes qui viennent vous voir ou que vous allez voir ?

Christophe Barlier : Le siège social de l’association est à Nantes, et nous avons une première antenne à Bordeaux. J’agis personnellement sur Nantes centre, et les associations d’accueils de jour pour SDF qui me connaissent les orientent vers moi. Ceux qui me connaissent personnellement me contactent directement. Nous aidons 30 personnes régulièrement qui ont 1 à 2 chiens, cela fait une quarantaine de chiens que nous suivons. Evidemment, les SDF bougent, donc on peut compter une dizaine de personnes nouvelles. Sur Bordeaux, on suit 10 à 15 personnes.
Et on sert tout le monde, on ne fait pas de « contrôles ». Je sais très bien quelles personnes font la manche, mais si une petite mamie vient me demander des croquettes, je ne vais pas lui refuser ! Les croquettes sont de toute façon conditionnées dans des sacs biodégradables, sans étiquettes, donc il ne peut pas y avoir de revente et de magouilles.

Mais mon projet à terme, c’est d’aider toutes les personnes bénéficiaires du RSA et les retraités, et c’est déjà inscrit dans les statuts de l’association.

Pet in the City : D’autres antennes vont-elles se créer dans d’autres départements ?

Christophe Barlier : J’aimerais en ouvrir dans chaque département idéalement. Je reçois déjà énormément de demandes de toute la France, une quarantaine à l’heure actuelle. Mais je ne peux pas me déplacer partout pour rencontrer les gens, le contact ne se fait pour l’instant que par mail ou téléphone, et ce n’est pas simple : entre un souhait exprimé par mail et la confrontation avec la réalité des maraudes (à faire quand il pleut parfois, de nuit, etc.), les bonnes volontés s’émoussent…

Pet in the City : Parlez-nous de votre « Distribution de colis de Noël » qui démarre aujourd’hui. 

Christophe Barlier : C’est une opération totalement faite « à l’arrache », une idée que j’ai eue à la dernière minute ! Elle consiste simplement à concocter des petits colis de Noël pour les animaux des sans-abris, que nous allons distribuer cet après-midi devant la FNAC de Nantes. Chaque colis contient un médaillon, un os, un jouet, un plaid, des friandises, bref que des choses utiles pour les chiens ! Je sais déjà qu’une vingtaine d’habitués seront là, ensuite je partirai en maraude et je distribuerai ce qui reste aux personnes que je rencontrerai. Je n’ai demandé aucune autorisation, je verrai bien comment ça se passe. L’année prochaine, l’opération sera rodée !

Pet in the City : De quoi l’association a t-elle le plus besoin à l’heure actuelle ?

Christophe Barlier : D’un local ! J’avoue n’avoir fait pour le moment aucune démarche auprès des pouvoirs publics, ou de la mairie de Nantes, pour avoir des aides, nous avions d’autres urgences. Mais dès le début 2016, nous allons engager des actions en ce sens.

Il nous faudra très vite des bénévoles dans chaque département si nous voulons ouvrir nos antennes.

Et bien évidemment des dons, toujours des dons ! Pour les dons d’argent, je précise une chose : par rapport aux autres associations, sur 10 euros que vous versez, nous gardons peut-être 1 euro en « frais de gestion », qui sont pour l’instant très minimes (un timbre, des enveloppes, etc). Les 9 euros restant servent exclusivement à payer les soins des animaux des SDF. J’ai voulu cela dès le début. Pour l’instant, je n’ai pas de camion, pas de local, et je n’achète pas les croquettes. Je n’ai pas de frais à couvrir. Tout l’argent que l’on me donne va aux animaux.

Plus d’informations

Le site Internet des Babines de l’Espoir : http://www.les-babines-de-l-espoir-71.webself.net directement faire un don via paypal ou autre...

La Page Facebook : https://www.facebook.com/Les-Babines-De-L-Espoir-677091102394980/ si vous voulez participer par facebook

Christophe Barlier 

Merci à tous !!!!