Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron

Il y a information, déformation et désinformation. 

L’invitation est à réinventer l’information. Voyez, il y a information et désinformation. L’information est ce qui aide à informer, à donner la forme de la perfection à toute apparence. Cela est l’information. La désinformation est ce qui déforme la valeur énergétique, même sous le couvert de croire devoir informer.

Vous le savez, tout est vibration, tout est lumière. Parler de danger déforme. Parler de la lumière informe. La beauté dans cette période est l’invitation que certains choisissent d’informer uniquement, sans déformer.

Puisse l’humanité entendre que dénoncer un danger est déformer. Ce n’est pas informer. Puisse l’humanité entendre que choisir une telle intensité de rayonnement est d’informer cette ouverture, cette évidence de ce monde éternel de perfection qui est la réalité, non dans le temps et l’espace mais dans l’éternité. Cela est informer.

Puissent certains choisir d’être informateurs sans déformer à aucun niveau.

 

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 11-6-21

L'invitation n'est jamais dans l'abstrait.

…Il est réel, la Terre s'ouvre, du moins pour ceux et celles qui choisissent d'être ouverture. On pourrait dire des terres superposées, et simultanément le nouveau monde créé, reconnu, de nouveaux paradigmes, de nouvelles relations, une nouvelle éthique. L'éthique est fondamentale au sein de l'ouverture. Vous avez reçu l'invitation de quitter irrémédiablement tout mode de critique, tout jugement. Être bienveillance car cela est la vibration qui est en équation avec l'ouverture. La vibration. Ce monde nouveau reconnaît que tout est vibration et que tout est interaction.

L'ouverture est à tous les plans et ne peut que s'accompagner de changement radical de mode de fonctionnement, de point de vue, de regard. Ne pas attendre.

…Partager car le divin est partage et que la vibration du partage est celle de l'ouverture, que la vibration du partage est le registre juste à partir duquel peut être créée la création.

L'invitation n'est jamais dans l'abstrait car l'abstrait n'est pas. L'ouverture se doit d'être signée par l'incarnation. C'est la vibration animée et nourrie qui opère la transmutation corporelle.

Lorsque celui qui a cheminé sur la route des hommes, il y a deux mille ans peut-être, a amené son regard et l'expression de son regard, il aurait fallu comprendre qu'il ne parlait que de vibration, non de morale ou de dogme.

Le divin est partage et rencontre. Non le divin qui viendrait rencontrer quelque non-divin. Cela est aberration, le divin est le tout. Le divin dans sa nature est partage et rencontre. Ramener son incarnation au registre de dévotion, non un sentiment. L'incarnation magnifie le sentiment à travers le concret.

L'on ne peut créer des séparations entre les sphères d'application et de déploiement de la vie. L'esprit, la lumière et la matière ; l'individu, la société, l'univers. Tout cela n'est qu'un. La vision vaste est celle qui comprend l'angle unissant toutes les sphères et ramenant la vie à l'état de grâce. Cela se traduit par la transmutation corporelle.

L'ouverture implique actualiser les dons.

 

Message reçu par Agnès Bos-Masseron le 10-10-20

Ne vous laissez pas enfermer dans de petites visions, choisissez la vision la plus vaste.

 

Encore et toujours s'émerveiller. Vous le savez n'est-ce pas, l'ouverture implique le choix inconditionnel, ne plus suivre ces courants qui aiment voiler ou aveugler même. Ne plus suivre simplement.

Cela ne veut pas dire s'insurger, cela veut dire créer. Créer cette réalité éternelle, nouvelle, éternelle, à travers laquelle l'incarnation est jaillissement de dévotion. Cela ne peut qu'être cela, n'est-ce pas, puisque le non-deux éternellement s'offre la dévotion. Traduire cela dans l'incarnation.

Il ne s'agit pas de se démarquer un peu tout en continuant les anciens rouages, il s'agit de créer les nouveaux modes, les nouveaux modes sur la base de cette matrice interne.

L'Être éternellement est adoration. Le regard, le regard que le feu offre à sa propre nature, c'est de là que jaillit la création.

Il ne s'agit pas de se démarquer un peu mais d'exprimer pleinement cette nature de l'humain divin. Il s'agit encore moins de blâmer quelque instance qui serait responsable de ce que l'on peut nommer l'abrutissement de l'espèce, cette espèce si noble, si divine. Il est vrai, tout être et toute espèce sont divins et l'expression pure du divin. L'être humain resplendit de sa propre lumière. Actualisez cela.

Il est vrai, certains voudraient prendre l'avantage de l'indolence générale. Qui choisit de créer sa réalité et de sortir de cet attachement à ses petites préoccupations alors que chaque journée se veut être élan de dévotion ?

Nous redonnons les clefs concrètement. Nous redonnons les clefs et c'est à chacun d'insérer la clef et d'ouvrir la porte, car chacun crée sa réalité. La base est la verticalité de l'énergie et la base est l'amour, l'amour sans discrimination, cet amour, jaillissement de silence dont le flot est éternel.

Ne vous laissez pas enfermer dans des petites visions. Choisissez la vision la plus vaste, actualisez-la. Ainsi vous êtes ferment pour le collectif de l'humanité.

 

Message de l'Être reçu par Agnès Bos-Masseron 

L’humanité éveillée.

Voyez la beauté de l’humanité éveillée. On ne peut juxtaposer l’éveil et l’indolence. L’éveil ouvre à la simplicité totale. De la simplicité totale, jaillissent les flots de l’amour. L’humanité éveillée incarne un autre visage de l’amour jusqu’alors inconnu.

La Douce Mère et Sri Aurobindo le montrent et le répètent, on ne peut juxtaposer l’état éveillé et l’indolence. On ne peut que brûler l’indolence par la passion de l’éveil. Brûler signifie couper les liens. Couper les liens signifie choisir de nourrir l’état éveillé par la passion de l’attention.

On ne peut juxtaposer l’état éveillé et la torpeur corporelle. L’état éveillé embrase les cellules, les dynamise et rétablit des flots jusqu’alors inconnus qui amènent cette autre valeur du corps. La dévotion est la source de l’embrasement.

Toutes les structures alors s’ouvrent à un autre fonctionnement. Ce que l’on nomme le mental disparaît pour que jaillisse la clarté de cet intellect le plus fin qui reflète le cœur. Les émotions disparaissent pour que jaillisse ce sentiment le plus fin, celui des expressions de dévotion qui façonnent le corps des sentiments. L’ego se fond pour que jaillisse l’union qu’est la dévotion, car la dévotion n’a son sens que dans le cœur de l’union.

De là, apparaît un autre corps, une autre structure. Le son retrouve la fréquence de l’amour.

Il est un corps dont le son est soma. Le soma est cette substance générée par l'intensité de dévotion. Les battements du cœur alors sont battements du cœur cosmique.

Voyez, du cœur de l’union naît la dévotion. La dévotion ne connaît que l’union. La Douce Mère aime à le redire, on ne peut juxtaposer l’état éveillé et l’indolence. Se réveiller par dévotion.

Message de Kuthumi reçu par Agnès Bos-Masseron le 12-6-21

Je ressens certains effets chez les personnes qui ont reçu le vaccin. Est-il bon de leur donner l'information ?

La plus belle information est ton rayonnement. Parallèlement à cela, informer peut être beau tant que l'information vient de la vision la plus vaste.

L'on peut informer sur les effets des vaccins ; cela n'est pas la vision la plus vaste. La vision la plus vaste est celle qui prend en compte tous les points de vue. Depuis cette vision la plus vaste, l'information est ce qui permet à chaque être de se relier à sa source et d'écouter intérieurement le langage du corps dans cette circonstance concrètement.

Il n'y a pas besoin d'information verbale. Il n'y a pas besoin de dire quelles sont les substances, quels sont les effets, quels sont les mensonges ou les illusions.

Il pourrait être impérieux de la société de retrouver cette autonomie et cette écoute qui fait que le corps dit clairement oui ou non : oui cette substance est bonne et contribue à l'harmonie de mon corps, non cette substance ne contribue pas à l'harmonie de mon corps. Il n'y a pas besoin d'information qui ne serait que mentale.

Il est impérieux de ramener l'humanité à cette clarté. Alors si tu veux informer, informe de cela. Exprime la grande anormalité. Il est anormal que les êtres humains dépendent d'informations pour savoir ce qu'il est juste ou non d'appliquer à leur corps. Leur corps leur dit et leur corps est eux.

Pourquoi l'humanité en est-elle venue à cette dépendance de l'opinion ? Quelle que soit l'opinion, ce ne sont que des mots. Le corps parle un autre langage. Il suffirait que l'humanité retrouve cette simplicité, cette clarté qui lui permet de savoir en entendant un terme. La vibration de ce terme est-elle compatible avec la vibration du corps ? Oui ou non ? Pas besoin de savoir pourquoi elle ne l'est pas ou pourquoi elle l'est. Si elle l'est je prends, si elle ne l'est pas je ne prends pas.

Ce n'est pas l'information qui est nécessaire mais la clarté. L'information ne donnera jamais la clarté. L'information n'est qu'un point de vue. Le corps sait et cela est valable pour tous les aspects de la vie. Le corps sait. Le cœur sait. L'aura sait. Cela est l'autoréférence.

Il est erroné de croire que l'humanité peut avancer si elle reste à marcher sur les béquilles de l'information. Il est juste d'aider l'humanité à retirer les béquilles et à marcher seul à l'écoute de SA réalité. Chaque être est SON univers et SA réalité. C'est cela l'invitation maintenant.

L'humanité doit comprendre qu'il est impérieux de cesser de se fier à des informations et de ramener chaque être à la clarté qui sait ce qui est juste, non dans l'absolu mais pour elle ou lui, sans aucun jugement, sans aucune mentalisation. La vibration de cela est juste, la vibration de cela ne l'est pas ; je prends ce qui est juste, je laisse ce qui ne l'est pas.

Et je vide la tête. Et je vide la tête et j'emplis le cœur de cette clarté qui sait. Chaque être est son propre univers.

La question n'est pas de répandre de l'information, la question est "l'humanité veut-elle bien cesser de se reposer sur l'information au lieu de se fier à la clarté qui sait ?"

Alors si ta générosité t'amène à aider l'humanité, c'est cela que tu peux leur donner, c'est vers cela que tu peux les guider. Leur apprendre avant toute décision, à écouter, non pas l'information transmise par la tête, dans la tête, mais la clarté qui est la résonance de la vibration dans le cœur, dans la physiologie. L'information ne sera toujours que déformation. La connaissance, la simplicité, la sagesse, l'intuition, si ta générosité t'amène à aider, alors œuvre pour déployer cela et pour guider l'humanité vers ce stop radical : cessez de vouloir être informé, formez-vous à votre propre perfection. C'est simple, clair et exigeant.

Peut-être que certains croiront que la plupart de l'humanité n'est pas prête à cela, cela est erroné. Il faut bien trancher un jour, passer l'épée de Michaël sur ce système d'information qui n'est que du brouillard et du brouhaha mental.

On n'a pas besoin d'être informé, l'on a besoin d'écouter la clarté. Il n'est pas difficile pour l'humanité de retrouver cette clarté, il suffit de le vouloir. Le corps a des langages et sait s'exprimer.

Si tu veux par ta générosité aider l'humanité, ramène-lui l'écoute de ce langage du corps, non pas une information qui serait un nouveau brouillard au milieu de tant de brouillards, basée sur quelque déformation, mais ce langage clair. Un mot est énergie. Tu entends "vaccin", écoute. Tu crois ne pas pouvoir écouter, alors prends le temps et écoute, non depuis l'information déformée, depuis le signal que donne le corps. Si tu veux par ta générosité aider l'humanité, contribue à la ramener à la simplicité.