ça peut servir :-)

PLANTES - “Déjà, si personne n’est dispo pour s’occuper des plantes, c’est parfois finalement une bonne chose.” Ce conseil, distillé par Lina, ingénieure paysagiste, passionnée de plantes, va vous détendre. Inutile de mettre à contribution une connaissance ou un voisin pendant vos vacances.

En revanche, si vous avez la chance de partir pendant tout l’été (ou un bout), mieux vaut suivre les recommandations de ces passionnés de jardinage et plantes d’intérieur que nous avons contactés.

Avant le départ

Comme on prépare ses bagages avant de partir, les plantes d’intérieur doivent également être conditionnées à notre absence. Dans une vidéo sur TikTok, Pierre, passionné de jardinage, donne 5 conseils pratiques à suivre avant de les laisser.

“Même si cela semble évident, je vous conseille de dépoussiérer les feuilles de vos plantes avec si possible de l’eau de pluie pour éviter les traces de calcaires sur le feuillage”, explique-t-il. Et parce que l’union fait la force, “on regroupe ensuite les plantes dans une pièce. L’idéal? Une salle de bains car souvent cette pièce garde l’humidité et les variations de température sont faibles”, poursuit-il. Enfin, le dernier arrosage doit être le même que d’habitude. Non pas pour leur faire croire que nous restons. Mais parce qu’“il est plus facile de sauver une plante verte à votre retour par manque d’arrosage, qu’une plante verte qui a vu ses racines pourrir à cause d’un excès d’arrosage”, conclut Pierre.

C’est également ce que conseille Lina. “Mieux vaut laisser ses plantes souffrir un peu de déshydratation (élément rattrapable) que de trop d’eau à cause d’un proche qui voudra ‘trop bien faire’ en arrosant excessivement (mort presque assurée)”, conseille-t-elle. Et il semblerait qu’elle en ait fait la cuisante expérience, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, publiée sur son compte TikTok Botanique Pragmatique.

N’oubliez pas de maintenir de l’humidité ambiante. En effet, en notre absence, portes et volets clos, l’atmosphère intérieure devient sèche. “Un orchidophile m’a donné cette astuce: remplir un gros contenant d’eau que l’on mettra à proximité de ses plantes. On pensera simplement à mettre un morceau de moustiquaire par-dessus pour éviter que les moustiques et autres indésirables ne viennent y pondre et prolifèrent. Avec la chaleur, l’eau va s’évaporer et créer l’humidité si recherchée par nos petites protégées”, explique Lina.

Diana, autrice de l’ouvrage Les plantes d’intérieur, (éditions MerciLesLivres) a publié une vidéo sur sa chaîne Youtube, avant son départ en vacances. Elle y décrit les préparatifs qu’elle dispense à ses plantes.

Enfin si vous possédez cactus et succulentes, le meilleur conseil à suivre est de faire comme d’habitude: rien! Elles supporteront votre absence, à moins de partir plusieurs mois.

En votre absence

Maintenant que vous avez coupé le gaz et vérifié que la porte est bien verrouillée, comment vous assurer que vous n’allez pas manquer à vos plantes préférées? “Mon astuce simple? La ficelle!”, s’exclame Pierre. Comme le montre sa vidéo, il vous suffit d’un récipient dans lequel vous trempez autant de bouts de ficelle que vous avez de plantes, auxquelles vous les reliez ensuite en les enfonçant dans la motte de terre. “L’eau se diffusera par capillarité quand la plante en aura besoin”, explique l’auteur de Réussir son potager, (éditions Marabout).

Lina évoque quant à elle les oyas ou ollas, “pot”, en espagnol. Leur principe est basé sur la microporosité de la terre cuite. Ces pots en terre cuite fonctionnent en effet comme des réserves d’eau. Une fois enterrés aux pieds des plantes, il suffit de les remplir d’eau. Elles diffuseront alors lentement. Pour une oya maison, là encore, rien de plus simple et économique: recycler une bouteille en plastique. “Pas besoin d’un système très sophistiqué, on fait avec les moyens du bord!” dit-elle. C’est ce qu’elle montre dans cette vidéo:

Pour finir, si vous avez placé toute votre confiance dans un voisin ou une bonne âme qui aura accepté de chouchouter votre jungle de salon, une petite astuce à lui glisser dans le creux de l’oreille (ou par SMS): “Regroupez-les par fréquence d’arrosage, cela facilitera le travail de votre plant-sitter et ça évitera les oublis dans la maison”, dévoile Pierre.

Au retour

Si vous êtes d’une humeur de chien en rentrant, pensez à la joie retrouvée en constatant que votre jardin d’intérieur a survécu! Pour autant, inutile d’en faire des caisses. Lentement, mais sûrement. L’heure est, comme pour vous, à la réacclimatation.

“On arrosera progressivement ses plantes. Tout comme un humain, on ne donne jamais une trop grosse quantité d’eau d’un coup après une déshydratation! Personnellement, j’aime leur faire prendre une douche afin d’humidifier feuilles et substrat”, explique Lina. Attention toutefois à l’excès de zèle. “On attendra quelques jours avant de mettre de l’engrais. Une plante qui a soif sera immédiatement brûlée par cet apport de nourriture”, précise-t-elle.

Pierre, quant à lui, pense aux plus fragiles et sensibles des plantes d’intérieur, qui n’auraient pas apprécié que vous les abandonniez. “Il se peut que certaines de vos plantes ne soient pas au top de leur forme par manque d’arrosage! Brumisez les feuilles et baignez-les pendant 45 minutes dans une bassine d’eau à température ambiante. Elles vont reprendre des forces rapidement!”, rassure-t-il.

Et parce qu’une vidéo vaut 1000 mots, de retour de ses deux semaines de congés, Diana fait un petit état des lieux de sa collection. “Je suis vraiment contente, les plantes ont bien tenu le choc”, souffle-t-elle.

Des astuces simples et économiques, un peu de bon sens et vous pourrez partir l’esprit tranquille, vos plantes préférées sont préparées pour l’été!

À voir également sur Le HuffPost: Ces plantes qui envahissent toute l’Europe s’offrent une seconde vie à Montpellier

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.